Fumble81
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Forum de Fumble 81 : Association de jeux de rôle albigeoise
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Avril 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  
CalendrierCalendrier
Derniers sujets
» Mesures gouvernementales et discord
Chapitre 4: Cracovie EmptyJeu 22 Oct 2020 - 17:57 par Altasure

» Les compétences
Chapitre 4: Cracovie EmptySam 12 Sep 2020 - 22:02 par Mimic

» Atouts et Handicaps (à la création uniquement)
Chapitre 4: Cracovie EmptySam 12 Sep 2020 - 16:49 par Mimic

» Rentrée 2020-2021
Chapitre 4: Cracovie EmptyMer 9 Sep 2020 - 13:45 par Graki

» Eclipse Phase : questions sur le jeu/l'univers
Chapitre 4: Cracovie EmptyLun 31 Aoû 2020 - 12:10 par Zayto

» Presentation
Chapitre 4: Cracovie EmptySam 29 Aoû 2020 - 23:07 par Rekni

» Nouvelle Table Eclipse Phase [COMPLET]
Chapitre 4: Cracovie EmptySam 29 Aoû 2020 - 13:57 par Le Chat

» De retour au Jdr !
Chapitre 4: Cracovie EmptyLun 3 Aoû 2020 - 18:55 par Floboucher

» Tout frais à Albi
Chapitre 4: Cracovie EmptyLun 3 Aoû 2020 - 18:54 par Floboucher

Le deal à ne pas rater :
Dates stocks PS5 : consoles en vente sur Carrefour et Cdiscount le 8 ...
Voir le deal

 

 Chapitre 4: Cracovie

Aller en bas 
AuteurMessage
Rekni
Connu parmi les Hommes
Connu parmi les Hommes
Rekni

Messages : 191
Date d'inscription : 27/08/2018
Age : 48
Localisation : Lamillarié

Chapitre 4: Cracovie Empty
MessageSujet: Chapitre 4: Cracovie   Chapitre 4: Cracovie EmptyVen 22 Mar 2019 - 17:26

Cracovie
D'après la légende, un grand dragon terrorisait jadis le village qui se tenait au sommet de la butte de Wawel, au nord des Tatras. Afin de garder leur existence et leur gagne-pain, les gens qui vivaient sous l'ombre du monstre devaient une fois par an sacrifier une vierge aux appétits du dragon. Le roi du pays promit sa fille en mariage et la moitié de son royaume à celui qui tuerait le dragon et mettrait fin à cette menace. Répondant à son appel, un cordonnier entreprenant appelé Krak remplit une peu d'agneau d'une mixture de sel et de soufre et amena le dragon à la manger. Rendue folle par la soif occasionnée par le sel, la bête se jeta dans les eaux de la Vistule où le soufre la fit exploser. Le cordonnier reçut sa récompense et le village sauvé par son ingéniosité se nomma Krakow en son honneur.
Depuis ses débuts d'établissement de commerce sur la Vistule au Xe siècle, Cracovie est devenue un évêché an l'an mil. Sa consécration en tant que capitale de la Pologne en 1083 la catapulta au sommet et attira l'attention de nombreux Caïnites rivaux. Entre ses murs protecteurs, une princesse Tzimisce recherche des alliances qui l'aideront à unifier de nouveau la Pologne alors que ses rivaux Ventrue, sous prétexte d'encourager le commerce avec l'Europe de l'Ouest, complote sa chute.
Des murs de pierre imposants, de plus de cinq mètres de haut, entourent la cité de Cracovie et font office de protection principale contre les dangers qui rôdent au dehors. Dans son enceinte cependant, d'autres périls menacent la population mortelle et immortelle.

La butte de Wawel
Le château de Wawel, avec la cathédrale qui le jouxte, s'élève au sommet au sommet de la butte de Wawel dans la partie la plus au sud de Cracovie. Cet énorme complexe surplombe la ville et symbolise le pouvoir - temporel comme spirituel. Erigés sur l'emplacement de fortifications du VIIIe siècle, le château et la cathédrale attirent l'attention de tous ceux qui entrent dans la cité. Le Wawel est une structure rectangulaire qui abrite plus de soixante-dix salles arrangées autour d'une cour entourée de toutes parts par de arcades gracieuses. La cathédrale reflète également le pouvoir sur sa façade décorée à laquelle les tailleurs de pierre ajoutent encore des ornementations toujours plus élaborées. Château et cathédrale sont toujours en cours de construction ; ils deviennent plus grandioses et plus complexes avec chaque année qui passe.

Le centre de Cracovie
La Rynek Glowny, au centre de la ville, est le plus grand marché d'Europe médiévale. Centre de la vie et du commerce quotidiens, elle est encombrée d'étals où des commerçants proposent leurs marchandises. La plupart des vendeurs ferment à la nuit tombée, mais quelques-uns - certains sont des goules - restent ouverts le soir, lorsque les maîtres Caïnites de la ville utilisent cette zone à leurs propres fins.
Près de la Rynek Glowny se trouve le quartier des tavernes de Cracovie, où les visiteurs peuvent trouver un logement durant leur séjour en ville et où les habitants peuvent passer quelques heures à se reposer à la fin de leur journée. Ces établissements varient en qualité de l'exécrable à l'exceptionnel ; chacun à sa propre clientèle. Quelques-uns sont aussi des bordels. Une taverne, à l'enseigne de la Lame Sanglante, est un lieu de réunion pour les Caïnites de Cracovie et leurs goules. L'auberge possède des serviteurs qui offrent leur sang aux clients Caïnites, ainsi que des esclaves étrangers qui sont saignés pour créer la "spécialité" de l'auberge. Appelée la coupe de sang, cette boisson grisante mélange sang et alcool. L'aubergiste lui-même l'une des goules de la princesse, s'assure que personne n'entre sans connaître la nature de ses clients réguliers. Ici, dans un environnement politiquement neutre, les Caïnites se rencontrent par le plaisir et pour s'étudier les uns les autres dans l'espoir de gagner un avantage sur leurs rivaux.

Quartier de l'Université
Le Collegium Maius, une institution qui finira par rivaliser avec d'autres collèges d'Europe de l'Ouest, occupe un bâtiment à un étage dans l'ouest de la ville. Une grande cheminée de brique monte en spirale depuis l'édifice. On travaille actuellement à étendre le collège pour en faire un université - un projet qui devrait se poursuivre au cours du prochain siècle.
La population juive de Cracovie occupe une petite partie de la ville près de ce qu'on appelle déjà la Quartier de l'Université. Dans leur minuscule enclave, des érudits talmudiques et kabbalistes recherchent la sagesse sous le regard attentif et méfiant des suzerains chrétiens.

Les résidences
La noblesse vit dans de belles demeures au nord de la butte de Wawel. Des commerçants résident dans de petite maisons de bois, généralement au-dessus ou à proximité de l'endroit où ils travaillent, alors que les habitants plus pauvres se tassent dans des bicoques minables encore plus petites - guère plus que des taudis. Quand le froid et la neige empêchent le travail à la mine, les mineurs retournent à Cracovie pour passer les rudes mois d'hiver avec leurs famille.
Huit kilomètres au sud-est de Cracovie, la mine de sel de la Wieliczka donne à la cité une matière première précieuse. Les droits sur le sel fossile sont sous le contrôle de l'abbaye de Tyniec, douze kilomètres au sud-ouest de la ville. Un vaste réseau souterrain de cavernes et de tunnels forme un enfer cristallin où les paysans travaillent à l'extraction du sel ; ils creusent continuellement de nouvelles portions de terre en avançant. Les contours de la mine sont tellement étendus que de nombreux passages et chambres, en particulier ceux qui vont très loin sous la terre, ont disparu de la mémoire des plus anciens mineurs. Gutka, la Nosfératu de Cracovie demeure ici ; elle a crée son propre domaine, y compris un profond tunnel qui s'étend au cœur de la cité.
Un village a grandi autour de la mine pour abriter les travailleurs durant leur semaine de labeur de six jours, afin qu'ils n'aient pas à faire quotidiennement le trajet aller et retour vers Cracovie. Ils ne reviennent chez eux que le samedi soir pour passer le jour du Seigneur avec leur famille et retournent à la mine le lundi matin. Ces ouvriers ramènent souvent chez eux des histoires de compagnons et d'étrange impression d'être observé par quelque chose de malsain et maléfique.

L'église du Rocher
Juste au sud des murs de la ville, au sommet d'une falaise qui surplombe la Vistule, l'église du Rocher (la Kosciol na Skalce) commémore le martyr de Saint Stanislas. Un petit culte s'est formé autour de l'évêque assassiné, prologeant la légende d'un couple d'aigles qui a réuni et rassemblé le corps démembré de Stanislas.

Tyniec
Protégée par sa propre garnison, l'abbaye bénédictine de Tyniec tire l'essentiel de son revenu annuel de la mine de sel de Wielicska ; elle vend la précieuse matière première à des marchands de Cracovie qui tirent ensuite profit de sa revente. Le Cappadocien Kazimierz a son refuge entre ces murs et prie pour que le "dragon" Caïnite qui tient Cracovie sous sa coupe relâche une nuit son étreinte sur la cité.

Politique et religion
Cracovie est à la fois une cité dévotement catholique et une ville qui se considère comme la capitale du Royaume de Pologne, même si cette entité politique n'existe plus. Beaucoup de ses citoyens influents, mortels comme Caïnites, considèrent l'union du château et de la cathédrale sur la butte de Wawel comme une preuve de coopération et de l'harmonie qui caractérise un pays chrétien. D'autres considèrent la juxtaposition des symboles du temporel et du divin sous un jour différent ; pour eux, le château et la cathédrale sont en compétition, chacun cherchant à dominer Cracovie.
La présence d'une synagogue dans la Cracovie catholique témoigne que la cité reconnaît les services apportés par la population juive plutôt qu'une réelle tolérance religieuse. Le désir de créer une université qui rivalise avec celle de Prague nécessite d'attirer des érudits qualifiés et beaucoup sont juifs. Confinés à un secteur de la ville, il n'y a pas encore de mur pour restreindre leurs déplacements comme dans d'autres cités d'Europe. Néanmoins, la pression monte car de nombreux dévots chrétiens voudraient expulser les juifs de Cracovie.
Quelques cracoviens suivent encore la vieille religion slave qui précédait l'arrivée du christianisme. Ces fidèles païens font tout leur possible pour cacher leurs véritables pratiquent ; nombre d'entre eux adhèrent publiquement à la foi catholique. La majorité du peuple cracovien n'a pas le temps de rêver à une vie ou un au-delà meilleur ; leur existence et leur gagne-pain dépendent de trop de facteurs hors de leur contrôle. Alors qu'ils mènent leur existence sous l'ombre protectrices des remparts de Cracovie, les gens du peuple sentent une présence sinistre en leur sein. Leur vie est séparée entre les heures du jour, où la cité fourmille d'activité commerciale autour d'eux et la nuit, où ces mêmes rues sont vides et silencieuses à l'exception du passage de "ceux qui se meuvent dans les ombres" et de leurs serviteurs.

La vie en ville
Les habitants de Cracovie sont fiers de l'histoire de leur ville et forment l'un des centres les plus importants de la culture slave en Pologne. En même temps, ils réalisent qu'ils ont besoin de se protéger des interférences allemandes comme hongroise.
Cracovie prospère dans le domaine du commerce alors que la plupart des cités de son époque se contentent de leur propre routine. Des marchands allemands visitent régulièrement la ville pour y vendre des tissus, des armes et des armures en échange du précieux sel de la mine et d'autres marchandises produites ici. Cracovie accueille une foire chaque automne qui attire des gens de tout le sud de la Pologne et même de plus loin. Certains de ceux qui participent aux festivités sont des disciples de l'ancienne religion païenne et utilisent la foire comme couverture idéale pour leur propre fête des moissons en l'honneur de la Tère Mère et de son Consort Eternel.

Le peuple
Les nobles s'occupent en rêvant de leur ancienne gloire, espérant un futur où Cracovie sera à nouveau la capitale d'une grande puissance slave. Le clergé s'efforce de maintenir leur loyauté à l'église romaine. Des érudits participent avec enthousiasme du savoir et les guildes de marchands se réjouissent de l'emplacement de la ville au carrefour de plusieurs négoces. Entretemps, les véritables puissances de Cracovie ont leurs propres plans pour le futur de la ville.
Les Caïnites de Cracovie, bien que peu nombreux, répandent leur écheveau d'intrigues entremêlées sur tous les aspects de la vie de la cité. La politique, la religion, les affaires, l'art et le savoir - tout est en leur contrôle. Malheureusement pour eux, il y autant de visions du futur qu'il y a de visionnaires. Ce facteur empêche à lui seul les mortels de la cité de tomber totalement sous la domination de leurs immortels dirigeants cachés.

Les Caïnites de Cracovie :

Jolanta de Niépolomice du Clan Gangrel
Apparence  : des cheveux marrons embrouillés mêlés de feuilles et de brindilles. Un simple habit de paysanne, ses ongles ressembles à des griffes et ses oreilles sont velues.
Refuge  : la forêt de Niépolomice.

Princesse Razkoljna , du Clan Tzimisce
Apparence  : grande et bien charpentée, elle projette l'aura d'une princesse guerrière. Pommettes saillantes, des yeux bleus pâle, de longs cheveux d'or en une seule tresse liée de fils d'or et d'une robe en laine bordée de broderies d'or.

Kazimierz le Silencieux, du Clan Cappadocien
Apparence  : blanc et son visage est émacié accentuent ses traits ascétiques. Ses yeux donnent l'impression qu'il prie tout le temps ou qu'il dort. Il porte les habits d'un moine bénédictin.

Konrad von Aupfholm, du Clan Ventrue âge de 35 ans

Claas Drescher
Apparence  : petit et noueux, avec la peau pâle d'un érudit. Des traits acérés avec des yeux étroits et plissés accompagnent un air renfrogné permanent.

Yitzhak ben Avraham, rabbin livide de Cracovie

Les mortels de Cracovie :
-Casimir Piast, prince de la Petite Pologne
-L'évêque Stefan
-Ludmilla la Sagace

_________________
"All men are made of water, do you know this? If you pierce them, the water leaks out and they die."
Syrio Forel
Revenir en haut Aller en bas
 
Chapitre 4: Cracovie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fumble81 :: Vendredi Soir :: Vampire dark ages-
Sauter vers: